La philanthropie d’influence menée par l’Azerbaïdjan

17-12-2014 dans Culture et influence

La philanthropie d’influence menée par l’AzerbaïdjanEn conflit gelé avec l’Arménie voisine au sujet du Haut-Karabakh, l’Azerbaïdjan lance une offensive de soft-power à destination de qui le voudra et surtout du monde occidental. L’objectif est double : dégager par « des dons » une bonne image du régime de Bakou et rassembler des soutiens diplomatiques pour récupérer l’objet du conflit avec Erevan. Décryptage de cette stratégie à travers l’un des principaux leviers d’influence de Bakou : le bras philanthropique HAF. Lire la suite…

Danone au Bangladesh : Le social business, outil de conquête des marchés BoP (base de la pyramide)

10-12-2014 dans Matrices stratégiques

Le social business de Danone au BengladeshEn 2005, lors d’une visite à Paris de Muhammad Yunus, prix Nobel de la Paix et pionnier du micro-crédit, le PDG de Danone, Franck Riboud, lui propose un entretien. Cette rencontre conduira à la création d’une joint-venture entre les groupes Danone et Grameen sous le nom de Grameen Danone Food Ltd, une société fonctionnant sous le modèle du social business : c’est-à-dire visant un objectif social mais devant rester économiquement viable, sans perte ni profit. Si l’objectif affiché de participer à l’amélioration des conditions de vie des populations bangladaises peut paraître louable, un autre niveau d’analyse laisse suggérer que Danone souhaite surtout profiter de son expérience au Bangladesh pour se développer auprès des marchés BoP asiatiques. Lire la suite…

L’absence de vision stratégique sur la filière hélicoptère en France

04-12-2014 dans Matrices stratégiques

L’absence de vision stratégique sur la filière hélicoptère en France​L’absence de lobbying efficace des directions nationales de l’aviation civile, des constructeurs et exploitants ainsi qu’un manque surprenant de vision stratégique lors de la révision de la réglementation JAR-OPS devenue IR-OPS, relative aux opérations aériennes commerciales, ont abouti à l’adoption d’une réglementation européenne en partie absurde. Les conséquences sur l’emploi, l’économie et les constructeurs de la filière hélicoptère monomoteur seront loin d’être négligeables. Lire la suite…

La Ghana National Petroleum Company GNPC et le pétrole ghanéen

01-12-2014 dans Industries et souveraineté

La GNPC et le pétrole ghanéenDans le livre Echapper à la malédiction des ressources, Macartan Humpreys, Jeffey Sachs et Joseph E. Stigliz décrivent comment les compagnies pétrolières internationales ont historiquement bénéficié d’un savoir ainsi que d’un pouvoir de marchandage asymétriques grâce auxquels ils ont pu exploité largement les ressources pétrolières des pays du Tiers-monde. Néanmoins ils ajoutent que la création de compagnies pétrolières nationales a rééquilibré l’asymétrie du savoir, et la formation de l’OPEP a renversé le pouvoir de marchandage en faveur des pays producteurs de pétrole. Lire la suite…

La nouvelle stratégie spatiale de la Russie

26-11-2014 dans Industries et souveraineté

La nouvelle stratégie spatiale de la RussieCinquante-deux ans après le premier vol habité dans l’espace de Youri Gargarine, la stratégie spatiale de la Russie est à un nouveau tournant. Si les grandes ambitions soviétiques ne sont plus à l’ordre du jour, contraintes budgétaires obligent, l’outil spatial bénéficie d’une nouvelle perception politique, dans le cadre de la  reconquête de la puissance russe voulue par Vladimir Poutine. C’est dans ce contexte que l’Agence Spatiale Fédérale Russe (Roskosmos) a dévoilé le 26 avril 2012 la « Stratégie du développement de l’activité spatiale d’ici à 2030». Pour comprendre les enjeux et la pertinence de cette nouvelle stratégie, il est nécessaire de revenir sur l’évolution de l’industrie spatiale russe depuis l’élection de Poutine en 1999. Lire la suite…

L’influence géoéconomique du Cameroun en Afrique centrale

L’influence géoéconomique du Cameroun  en Afrique centraleLe Cameroun  par sa position géographique qui le place au cœur même de l’Afrique centrale et lui permet en même temps d’assurer la connexion avec l’Afrique de l’Ouest à travers une longue frontière de plus de 1400 km avec le Nigeria. Des pays comme le Tchad et la RCA font transiter par le Cameroun 80 % de leurs importations et exportations. Le secteur des transports génère à lui seul une activité estimée à 15 % du PIB du Cameroun et contribue largement à la croissance du pays. Le Cameroun est le grenier agricole de l’Afrique centrale. Son sous-sol  est riche : pétrole, bauxite, manganèse, uranium, nickel, cobalt, diamant, fer, or, etc. Certains gisements sont exploités, mais le potentiel inexploité demeure important et n’attend que les gros investisseurs étrangers. Lire la suite…

Les réseaux d’influence de Boeing

OLes réseaux d’influence de BoeingLe marché actuel de la construction aéronautique se caractérise par un affrontement duopolistique entre Boeing, entreprise américaine, et Airbus (EADS), entreprise européenne. Boeing était en situation de monopole sur le marché jusqu’au début des années 90, mais l’arrivée d’Airbus a profondément modifié la stratégie de Boeing qui a du faire face à une concurrence très forte sur des appels d’offres qui lui étaient jusqu’alors acquis. Les réseaux d’influence et de lobbying ont donc une très grande importance dans un marché caractérisé par des coûts extrêmement élevés et qui symbolise l’affrontement USA-UE.

Il est évident que les Etats-Unis bénéficient d’un réseau d’influence puissant auprès des organisations internationales. Le constructeur américain profite évidemment de cette influence pour remporter des appels d’offres dans le monde mais la culture américaine du lobbying ajoute également un avantage considérable alors que les champs de bataille se déplacent de plus en plus vers les domaines légaux, économiques et politiques. Obama a même présidé, en personne, la signature d’un contrat de livraison d’avions civils entre Boeing et la compagnie aérienne indonésienne, Lion Air, d’une valeur de 35 milliards de dollars. Lire la suite…

O Globo, le cheval de Troie d’Amérique du Sud

O Globo, le cheval de Troie d’Amérique du SudDans la course de la télévision numérique, quatre normes se disputent le marché mondial. Face à l’échec de déploiement des normes américaine et chinoise, l ‘Europe a gagné la plupart des marchés d’Asie et d’Afrique. Mais en Amérique du Sud son influence s’est diluée, grâce au lobby indirect d’un groupe multimédia local, qui a poussé la plupart des pays de la région vers la norme japonaise. Depuis la fin des années 90, les US, l’Europe et le Japon, ont tenté de séduire les pays sud-américains en promettant des investissements, et des financements pour l’implantation de leurs normes tout en y déployant un fort lobby diplomatique et corporatif.  Du côté européen, en plus des visites de hauts fonctionnaires de l’UE, l’armée conformée par Siemens, Nokia, Telecom Italia et Telefónica de España, a travaillé en étroite collaboration avec leurs filiales et actionnaires locaux.  Les échos et la sensation de triomphe se sont fait sentir. La norme européenne de TV numérique DVB-T, adoptée par la plupart des pays du monde, était devenue la candidate idéale pour les pays d’Amérique du Sud lesquels, développant une nouvelle tendance anti-américaine, abandonnent la norme ATSC soutenue auparavant.  Toutefois, l’ISDB-T japonaise a réussi à conquérir un marché qui, à présent, regroupe 80% de la population de l’Amérique du Sud. Comment une norme apparemment isolée, implantée dans un seul pays au monde au moment de sa promotion régionale, a été adoptée par le Brésil, l’Argentine, le Chili, le Pérou et le Venezuela ?  De la main des gouvernements brésilien et japonais, O Globo, fière d’être la quatrième entreprise mondiale de télévision en terme d’audience -derrière les trois géants américains NBC, CBS et ABC-, a déployé une stratégie d’implantation de la norme japonaise. Lire la suite…

Edito : L’influence américaine dans le dispositif européen du TTIP

05-11-2014 dans Culture et influence

Traité de libre-échange Europe - TTIPDepuis juillet 2013, l’Union Européenne (UE) a entamé des négociations avec les Etats-Unis (USA) afin de conclure un accord commercial de libre-échange entre l’UE et les USA en 2015. Cet accord, baptisé « Transatlantic Trade and Investment Partnership »  (TTIP soit « Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement ») a donc pour objectifs de réduire, voire supprimer les droits de douane, d’uniformiser les réglementations de part et d’autres de l’Océan atlantique, d’ouvrir les marchés pour les services, l’investissement et les marchés publics et de mettre en place un mécanisme de règlements des différents entre entreprises et Etats.
Les différents éléments du mandat de négociations n’ont été diffusés que tardivement (9 octobre 2014) et partiellement. De façon générale, ces négociations restent opaques pour la plupart des élus des États membres et du grand public, contrairement à ce qui a été affirmé récemment par la Commission européenne, alors même que ce Traité engagera la vie économique et sociale de millions d’européens à long terme.
Les enjeux de ce traité pour les Etats membres de l’UE nécessite débat démocratique et transparence à tous les niveaux. Or le constat est que ni l’un ni l’autre n’existent.
Une réelle démarche de transparence serait en premier lieu de permettre au grand public de savoir qui sont les négociateurs mandatés par l’UE pour mener les négociations. Lire la suite…

Les risques et les opportunités liés à la signature d’un traité de libre-échange Europe – Etats-Unis

20-10-2014 dans Industries et souveraineté

Traité de libre-échange Europe - Etats-Unis

Le surgissement en début d’année 2013 de négociations sur un accord de libre-échange entre les Etats-Unis et l’Europe, le TTIP (Transatlantic Trade and Investment Partnership), a provoqué de vives réactions et des prises de position très divergentes entre partisans et détracteurs de ce traité. Perçu par les uns comme une opportunité pour relancer des économies malades, voire une continuité de l’alliance euro-américaine, il est décrié par d’autres pour son opacité, ou pour sa mise au service de multinationales, qui y gagneraient par l’abaissement des normes règlementaires notamment. Il permettrait en effet d’implémenter des règles communes participant à la réduction des coûts pour les entreprises, tout en conservant des normes élevées ainsi que l’établissement de normes mondiales pour le commerce et l’industrie ; normes qui deviendraient alors des standards du commerce mondial par le volume des flux qu’elles encadreraient, obligeant ainsi les autres partenaires à un alignement, parfois intenable. Lire la suite…

Edito : Influence, l’exception culturelle française

02-10-2014 dans Culture et influence

Influence, l'exception française

Les Français se rendent compte régulièrement que leur culture de l’influence commerciale est infiniment moins développée que celle de leurs voisins britanniques.

Cette constatation débouche généralement sur la recommandation suivante : la France doit rattraper rapidement le retard pris au cours des années afin d’être enfin à la hauteur de ses alliées ultramarines. C’est peut être oublier ici que les stratégies d’influence, loin d’être nées du hasard, sont les témoins d’une culture très ancienne qu’il serait parfaitement vain de prétendre redresser à l’aune des modes du temps.

Si l’on considère les stratégies françaises de l’influence, il s’avère que celles-ci ont été parfaitement efficaces dans deux domaines : la sphère culturelle et le champs politique. Même si l’on peut distinguer les hommes qui exercent effectivement le pouvoir de ceux qui soufflent leurs pensées à d’autres, le pouvoir et l’influence sont intimement liés. Ils s’inscrivent surtout dans une culture profonde. Celle-ci est militaire et aristocratique en France. Ceci explique que les Français aient excellé dans les cabales et intrigues littéraires d’une part et dans les camarillas politiques de l’autre. Lire la suite…

Edito : La dimension géoéconomique de Taiwan

03-09-2014 dans Industries et souveraineté

Dimension géoéconmique du taiwan La République de Chine a été fondée en Chine continentale en 1912. Elle est battue par l’armée communiste de Mao Zedong qui proclame la création de la Chine Populaire en octobre 1949. Chiang Kaï-chek, le Président, son gouvernement et les adhérents du parti politique Kuomintang (KMT) se replient alors sur l’’île de Taïwan reprise au Japon 4 ans plus tôt.

Cette petite île de 36.000 km2 est en 1949 l’un des pays les plus pauvres du monde. Aujourd’hui, avec ses 23 millions d’habitants, Taïwan est devenue la 6ème économie en Asie et la 24ème économie mondiale. Avec un PIB de 474 milliards USD en 2012 soit un PIB/hab en parité de pouvoir d’achat de 38.500 USD, supérieur à celui de la France (35.520 USD), Taïwan compte parmi les économies les plus avancées.

Taïwan, la Corée du Sud, Hong-Kong, et Singapour sont les « 4 dragons asiatiques » qui se sont industrialisés de façon accélérée depuis 1950 et ont connu une croissance spectaculaire grâce au commerce extérieur.

Lire la suite…

L’Australie: Une puissance mondiale mise à mal par l’Asie de l’Est et du Sud-Est

20-08-2014 dans Culture et influence

l'oreal L’état-continent australien a toujours été très discret sur le devant de la scène mondiale. Sa politique extérieure n’est que peu développée. Au final, il est difficile de déterminer si le pays est véritablement influent.
Toutefois, l’Australie se positionne comme une puissance internationale «moyenne». Mais a-t-elle véritablement un rôle d’importance dans la région de l’Asie- Pacifique, qu’elle semble vouloir intégrer ?

Lire la suite…

La stratégie de l’Oréal pour conquérir le marche indien

l'orealCette étude cherche à identifier et à analyser la stratégie mise en œuvre par l’Oréal en vue de conquérir le marché indien. Il s’agit de répondre aux questions suivantes : Comment le leader mondial des cosmétiques aborde-il un nouveau marché ? Quels sont les  ressorts qui lui ont permit de s’adapter aux exigences du consommateur indien ? L’Oréal parvient-il à se différencier de ses concurrents en Inde ? Et quelles en sont les logiques? Pour ce faire il est nécessaire de clarifier les spécificités du marché des cosmétiques indiens puis d’identifier, analyser et cartographier les différents vecteurs de leur stratégie d’implantation de sa conception aux premières étapes de sa mise en œuvre.

Lire la suite…

La Propriété Intellectuelle en Chine : Comprendre le paradoxe actuel

04-08-2014 dans Culture et influence

brevets-chinePour comprendre la Propriété intellectuelle en Chine, il faut s’intéresser à l’histoire de la Chine au tout premier mouvement d’occidentalisation de la deuxième moitié du 19ème siècle. C’est la première fois que les chinois ressentent le besoin de protéger leur invention : c’est le début de la PI en chine. Mais l’instabilité du début du 20ème siècle (Guerre civile entre le KMT et les communistes, seconde guerre mondiale) ont passablement ralenti le processus d’élaboration du système juridique.

Avec l’arrivée au pouvoir des communistes en 1949, toute volonté de protéger la propriété intellectuelle est annihilé. Seule compte la propriété publique. Il faudra attendre 1979 et l’ouverture de la Chine sur le monde extérieur pour reparler de PI. A cette époque, la Chine a désespérément besoin des capitaux et des technologies occidentaux. Elle se dote de ses premières lois pour protéger les brevets, les marques ou encore le droit d’auteur. Mais ces démarches correspondent aussi bien à un besoin intérieur, qu’à une pression des pays développés. Pour ces derniers, la Chine représente un marché colossal mais surtout une main d’œuvre peu couteuse. Elle figure régulièrement sur les listes européennes et américaines des pays à surveiller quant à leur politique économique.

Lire la suite…

Edito : Les dérives du traitement de l’émotion populaire par la Loi

25-07-2014 dans Matrices stratégiques

propagande-webLe non lieu prononcé fin mai 2014 dans l’affaire du naufrage du Bugaled Breizh, exacerbe les tensions.  Après dix années de procédure, les circonstances de la disparition des cinq membres d’équipage du chalutier breton restent une énigme. Mais ce qui provoque l’étonnement, c’est le combat  porté par  l’association « SOS Bugaled Breizh » créée par Jacques Losay en novembre 2013. En effet au-delà du soutien aux proches des marins disparus, l’objectif est « de promouvoir la réforme de nos Constitutions en vue d’assurer une meilleure protection des citoyens dans les procès impliquant des agents des forces armées ou de l’Administration… » . Et cette demande a trouvé un écho auprès de la sénatrice Leila Aichi  qui précise qu’une réflexion sur la levée « du secret défense » doit être engagée. Pour elle, « la transparence doit aujourd’hui prévaloir sur la raison d’Etat » avec par exemple la mise en place d’une responsabilité sans faute de l’Etat.
Comment peut-on passer d’un accident de pêche, aussi terrible soit il, à une demande de réforme de nos constitutions et institutions ? Ce n’est pas la première fois que cela se produit. Cette affaire illustre parfaitement une tendance apparue depuis une vingtaine d’années qui veut qu’à chaque drame médiatisé, une réponse législative est proposée suivant le modèle : « un drame, une Loi ». Après le Bugaled Breizh, nous verrons que trois autres exemples permettent de mieux comprendre ce type de mécanique.  

Lire la suite…

Edito : La propagande à l’heure du Web

18-07-2014 dans Matrices stratégiques

propagande-webPeut-être avez vous remarqué sur vos journaux en ligne que les articles sur le conflit israélo-palestinien de ces derniers jours étaient largement commentés et parfois de façon assez virulente. Les modérateurs des médias en ligne sont en tout cas sur le pied de guerre pour ne pas laisser passer trop de propos incitant à la haine ou illégaux. Sur les médias participatifs, les commentaires sont beaucoup plus nombreux et beaucoup plus virulents car souvent modérés à postériori et par l'ensemble de la communauté. C'est le cas d'Agoravox, par exemple, où le sujet pro ou antisioniste revient d'ailleurs très souvent dans les commentaires, et ce, quel que soit le sujet de l'article.

Mais il semblerait pourtant que ces commentaires ne soient pas tous spontanés et que nombre d'entre eux soient quelque peu aidés voire suscités … Il s'agirait en effet plus d'actions de propagande que de commentaires spontanés. La propagande consiste à organiser "ce qui doit être propagé", il s'agit d'un ensemble d'actions menées auprès de la population, afin de l'influencer. Ainsi, ces actions se distinguent des initiatives spontanées car elles sont préparées et coordonnées tout comme elles différent des actions de publicité et de marketing qui visent à promouvoir un produit ou une marque commerciale (parfois avec les mêmes procédés …) Le succès d'une propagande réside tant dans les actions menées, les contenus diffusés que dans la discrétion de l'organisation et des dispositifs mis en place.

Lire la suite…

Géoéconomie de la Serbie : bilan et perspectives

09-07-2014 dans Matrices stratégiques

geoeconomie-serbieLa Serbie a officiellement obtenu son statut de candidat à l’entrée dans l’Union Européenne le 2 mars 2012. Cette décision du Conseil Européen vient récompenser Belgrade pour les efforts de réconciliation accomplis pour mettre un terme à la décennie des guerres d’ex-Yougoslavie. Au-delà du geste politique, l’intégration européenne est souvent considérée en économie – pour les anciens pays de l’Est – comme l’aboutissement du processus de transition du communisme au capitalisme (passage d’une économie centralisée, planifiée, à une économie de marché). Les retards qu’enregistre la Serbie tant dans son processus d’intégration européen que dans sa transition économique laissent néanmoins songeur. Les guerres des années 1990 ont en effet eu un effet dévastateur sur l’économie serbe. Le démantèlement de la Yougoslavie ainsi que les embargos ont eu raison de la transition économique engagée après la mort de Josip Broz Tito. Lors des bombardements du printemps 1999, 62% des infrastructures de transport sont endommagées, et 80% des capacités de raffinage sont détruites. L’inflation a poussé les populations à avoir massivement recours au marché noir dans une atmosphère où la contrebande faisait légion. L’oligarchie en place profitait du vide étatique pour s’enrichir, dans une Serbie isolée de la scène internationale.

Lire la suite…

Edito : La conflictualité clausewitzienne en guerre économique

03-07-2014 dans Industries et souveraineté

Carl_von_ClausewitzCarl Von Clausewitz (1780-1831), général de l’armée prussienne, occupe une place particulière parmi les auteurs militaires. Son Traité De la guerre, paru en 1832, conserve une étonnante modernité, tant sur le plan de la pensée militaire théorique qu’au titre de la stratégie économique des puissances actuelles. Examinons ici en quoi la doctrine stratégique élaborée par Clausewitz peut nous éclairer sur la conflictualité dont est empreinte la guerre économique qui se joue à notre époque.

Lire la suite…

Les géants du Web et la cybercriminalité

cybercriminaliteLes géants du Web se positionnent aujourd’hui comme les fervents défenseurs d’un monde numérique plus sûr, et mettent au coeur de leur priorité une lutte acharnée contre la cybercriminalité. Cependant, le tsunami causé par Edward Snowden et les révélations du programme PRISM ont mis à mal la réputation des mastodontes du Net. Google, Facebook, Apple, Microsoft, autant de sociétés qui ont été montrées du doigt par les internautes, qui se sont sentis trahis, perdant toute confiance envers ceux qui s’autoproclamaient gardiens d’un Internet respectueux des données et de la vie privée des utilisateurs.

Lire la suite…