Edito : Convergence IFRS : une guerre économique toujours active

ifrs-comptabiliteLa normalisation comptable internationale IFRS visant à renforcer la comparabilité des états financiers pour mesurer la performance économique réelle des entreprises n’en finit pas de faire débat.

Une polémique qui prend de l’ampleur
D’un côté, le cadre conceptuel des principes comptables américains US-GAAP édictés par le FASB (Financial Accounting Standards Board), à dominante américaine et incluant des représentants de la SEC (Securities Exchange Commission), des principaux cabinets d’audit anglo-saxons, de sociétés américaines cotées, banques ou encore du CFA (Chartered Financial Analyst Society) (cf. note 1). Une vision de la comptabilité destinée aux actionnaires, qui prend en compte la règle de la fair value, la valeur de marché de l’entreprise, variable par définition dans le temps en fonction des conditions de marché.

lire la suite…

Partagez ! Ces icônes sont des liens vers des sites de partage de signet sociaux où les lecteurs peuvent partager et découvrir de nouveaux liens.
  • email
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • LinkedIn
  • Print
  • Twitter

Le développement du secteur aérien intérieur en Chine

24-01-2014 dans Matrices stratégiques

aeronautique-chineDès la fin des années 1970, l’Etat chinois a souhaité développer le secteur aérien, avec l’entrée en vigueur de la réforme économique. La stratégie a consisté en l’ouverture des marchés, favorisant l’arrivée de nouvelles compagnies aériennes. C’est ainsi qu’en 1993 la Chine recensait 41 compagnies aériennes, mais dont les plus petites d’entre elles n’ont pu se maintenir économiquement. Dès lors, à la fin des années 90, le choix de former trois grands groupes de compagnies aériennes (Air China, China Southern Airlines, China Eastern Airlines) a été décidé sous l’égide de la CAAC (Civil Aviation Administration of China), équivalent de la DGAC, chargée de réglementer le transport aérien, afin de consolider son industrie. Ces trois compagnies bénéficient de droits particuliers afin d’assurer leur positionnement sur le marché chinois, tels que l’autorisation d’acheter ou de louer des appareils ou équipements (après accord de la  CAAC) ; le droit d’emprunter des capitaux sur le territoire national ou à l’étranger ; la liberté de désigner les managers sur des postes clés (sauf le PDG et DG) et de pratiquer une tarification libre en respectant un tarif de base moyen.

Lire la suite…

Partagez ! Ces icônes sont des liens vers des sites de partage de signet sociaux où les lecteurs peuvent partager et découvrir de nouveaux liens.
  • email
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • LinkedIn
  • Print
  • Twitter

Les astroturfs du tabac aux Etats-Unis

22-01-2014 dans Guerre de l'information

astroturfingLa technique d'«astroturf» consiste pour l’entreprise à «utiliser comme façades crédibles des tierces parties qui viennent sur la place publique défendre sa position». La notion d'astroturf reste cependant assez complexe à définir précisément, puisque qu'elle dépend essentiellement de la manière dont l'entreprise qui en bénéficie l'utilise, et des moyens opérés dans sa mise en œuvre. Astroturf vient du nom de l'entreprise Astro Turf qui vend du gazon synthétique servant à recouvrer les terrains sportif. La première fois que ce terme fut employé ce fut par le sénateur Lloyd Bentsen en 1985 qui l'aurait utilisé pour décrire une campagne d’influence qui n’avait de convenable que l’apparence.

Mais d'autres noms sont utilisés comme «fronts groups» ou «groupes de pression». Certains opposent ces groupes aux grassroots, lesquels sont des groupes de citoyens légitimes. Le terme de sockpuppeting est aussi utilisé pour spécifier cette activité sur l'Internet où une entreprise se fait passer pour un citoyen pour défendre son produit.

Les astroturfs du tabac aux États-Unis. Pourquoi ce procédé, les entreprises concernées par ces techniques, les méthodes utilisées, les polémiques, et le véritable impact.

Lire la suite…

Partagez ! Ces icônes sont des liens vers des sites de partage de signet sociaux où les lecteurs peuvent partager et découvrir de nouveaux liens.
  • email
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • LinkedIn
  • Print
  • Twitter

Les stratégies de lobbying à la FIFA

20-01-2014 dans Guerre de l'information

FIFA-logoLa Fédération Internationale de Football Association (FIFA) est une association regroupant 209 fédérations nationales de football du monde entier. Elle est investie de cinq missions de deux natures différentes. Des missions législatives comme fixer et surveiller les règles du jeu ou contrôler le football sous toutes ses formes et des missions exécutives telles qu’améliorer et diffuser le football dans le monde, organiser des compétitions internationales ou veiller à l’intégrité du football et des institutions qui le représentent. La FIFA est composée d’un organe législatif, le Congrès, qui élit le Président, approuve les entrées de nouvelles fédérations, valide le rapport annuel et modifie les statuts de l’association. L’organe exécutif est le comité exécutif qui nomme le Secrétaire Général ainsi que les dirigeants des commissions permanentes et des organes juridictionnels. C’est au sein et autour de ces deux organes et de leurs membres que se concentrent les stratégies de lobbying.
 

Lire la suite…

Partagez ! Ces icônes sont des liens vers des sites de partage de signet sociaux où les lecteurs peuvent partager et découvrir de nouveaux liens.
  • email
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • LinkedIn
  • Print
  • Twitter

Les enjeux stratégiques autour du Niobium

13-01-2014 dans Matrices stratégiques

Les enjeux stratégiques autour du NiobiumLe Niobium est un métal rare, principalement utilisé dans la sidérurgie afin de créer des alliages bénéficiant des caractéristiques du Niobium (caractéristiques détaillées ci-après). On le trouve naturellement sous plusieurs concentrations, qui détermineront les applications industrielles dont il fera l'objet.
Certaines propriétés intrinsèques du Niobium en font une ressource très intéressante pour quelques secteurs industriels de pointe (résistance aux très hautes températures, résistance à la corrosion, supraconductivité…).

Lire la suite…

Partagez ! Ces icônes sont des liens vers des sites de partage de signet sociaux où les lecteurs peuvent partager et découvrir de nouveaux liens.
  • email
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • LinkedIn
  • Print
  • Twitter

Edito : Les guerres de l’information de 2013

03-01-2014 dans Doctrines,Edito

2013L'année passée représente-t-elle un tournant dans les affrontements qui structurent la société de l'information depuis l'apparition d'Internet ? Plusieurs évènements semblent l'indiquer. Le plus important est l'affaire Snowden. Le pouvoir de contrôle absolu du monde immatériel par les Etats-Unis est désormais remis en cause par les retombées diplomatiques de cette révélation en cascade. Nul ne peut désormais attribuer à une quelconque thèse du complot le dispositif de captation de l'information, assumé par la gouvernance américaine depuis plusieurs décennies. Le camp des démocraties s'est divisé sur cette question fondamentale. En Europe, l'Allemagne se démarque des autres membres de l'Union Européenne en plaçant le curseur au bon niveau du débat. L'enjeu principal vu de Berlin n'est pas l'échange d'informations sur le terrorisme mais la maîtrise stratégique de l'ensemble des flux informationnels. Contrairement à la France qui a privilégié l'échange d'informations sur le terrorisme (cf. les accords secrets entre DGSE et NSA), l'Allemagne moins exposée sur ce terrain a amené Washington à prendre un profil bas dans la polémique générée par l'affaire Snowden. Les récentes déclarations d'Obama sur une éventuelle interdiction formulée à la NSA en matière d'espionnage économique ne clôturent pas le débat. Il rebondit aux Etats-Unis mêmes : un article est paru le 30 octobre 2013 sur le site de la revue Foreign Policy interpelle Obama en dénonçant cette manœuvre de communication qui ne règle en rien, selon l'auteur, le problème sur le fond. Cette revue détenue par le Washington Post revendique le statut d'être le premier quotidien en ligne traitant des questions de politique étrangère et de sécurité nationale. Sa résonance n'est donc pas anodine.

Lire la suite…

Partagez ! Ces icônes sont des liens vers des sites de partage de signet sociaux où les lecteurs peuvent partager et découvrir de nouveaux liens.
  • email
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • LinkedIn
  • Print
  • Twitter

LG : La réforme du modèle historique de chaebol

02-01-2014 dans Industries et souveraineté

LG_chaebolPendant les vingt dernières années, de nombreux scandales impliquant les chaebols coréens sont apparus. Ces articles et reportages de presse ont terni l’image du le gouvernement coréen sur la scène internationale. Son manque de transparence et les aides exorbitantes accordées aux entreprises les plus puissantes du pays sont les principales critiques faites envers ce pays alors en pleine explosion économique.
Sensible aux diverses critiques émises à l’encontre des chaebols, le groupe LG a su rester discret et forger, dans l’ombre, sa réforme, actuelle clé de son succès. Le groupe LG est actuellement considéré comme le troisième chaebol de Corée du Sud derrière Samsung et Hyundai.
Et pourtant, si ce chaebol n’a pas la notoriété de Samsung à l’international, il pourrait être la meilleure arme du gouvernement coréen pour l’amélioration de son image à l’international.
 

Lire la suite…

Partagez ! Ces icônes sont des liens vers des sites de partage de signet sociaux où les lecteurs peuvent partager et découvrir de nouveaux liens.
  • email
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • LinkedIn
  • Print
  • Twitter

L’influence américaine dans la société française de consommation

13-12-2013 dans Culture et influence

consommation-france-influence-etats-unisL’inauguration en grande pompe du nouveau centre commercial d'Aéroville, situé au Nord de Paris, le 16 octobre dernier et la présentation de ce projet amènent quand même quelques interrogations sur la confrontation entre l’intérêt général de notre démocratie et les intérêts particuliers. Il y a 16 ans, une étude de l’économiste Thomas Piketty (1997, Les créations d'emplois en France et aux États-Unis « services de proximité» contre « petits boulots ») avait marqué les esprits. Une comparaison des emplois entre la France et les États-Unis révélait que la différence de taux d’emploi relevait non pas du poids des nouveaux secteurs porteurs mais de celui des services les plus traditionnels. Il concluait que « si la France avait autant d’emplois par habitant dans le commerce et l’hôtellerie-restauration que les États-Unis et que les effectifs de tous les autres secteurs restaient inchangés, alors il y aurait plus de 2,8 millions d’emplois supplémentaires en France : 1,8 million dans le commerce et 1 million dans l’hôtellerie-restauration ».

Lire la suite…

Partagez ! Ces icônes sont des liens vers des sites de partage de signet sociaux où les lecteurs peuvent partager et découvrir de nouveaux liens.
  • email
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • LinkedIn
  • Print
  • Twitter

South Stream : quels enjeux pour la Serbie ?

11-12-2013 dans Matrices stratégiques

south stream, un réseau contournant l'ukraineLe 25 janvier 2008, sur un fond de crise économique et de crise politique avec le Kosovo, la Serbie et la Russie signent ensemble un accord intergouvernemental majeur : un partenariat entre l’entreprise nationale du gaz serbe Srbijagas, alors en pleine privatisation, et le géant Gazprom, est scellé. Partenariat ô combien stratégique lorsque l’on se penche sur la crise du gaz qui a eu lieu à peine un an plus tôt en Ukraine, qui a frigorifié la Serbie et qui a de nouveau soulevé le problème de la diversification des voies de transit de l’énergie en Europe. Afin de disqualifier l’Ukraine de l’échiquier gazier en Europe, le choix de la Serbie par la Russie est loin d’être un hasard : l’amitié entre les deux pays, et bien plus encore, entre les deux peuples, est séculaire (1). Après la rupture du rapprochement effectué entre les Etats-Unis et la Serbie après la guerre, cette dernière s’est de nouveau dirigée vers le « frère russe », et l’année 2013 semble être un millésime pour leurs relations bilatérales : alliance militaire signée en début d’année, adhésion de la Serbie à l’organisation du traité de sécurité collective en tant qu’Etat observateur, injection de millions de dollars dans l’économie serbe par la Russie…

Lire la suite…

Partagez ! Ces icônes sont des liens vers des sites de partage de signet sociaux où les lecteurs peuvent partager et découvrir de nouveaux liens.
  • email
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • LinkedIn
  • Print
  • Twitter

L’agriculture mondiale : un débat qui n’en finit pas. Le Groupe de CAIRNS à l’OMC

09-12-2013 dans Industries et souveraineté

omc-agriculture-cairnsLe thème de l’agriculture dans les négociations commerciales internationales n’est apparu qu’à partir de l’Uruguay Round entre 1986 et 1994, dernier cycle de négociation du GATT, avant la création de l’Organisation Mondiale du Commerce.
Il a été intégré aux négociations de l’OMC dans le but de réglementer et de libéraliser les échanges. Seulement les négociations agricoles sont impactées par de fortes oppositions, dans lesquelles le Groupe de Cairns apparait comme un acteur majeur. Depuis 1994, la question agricole est l’obstacle majeur au succès des rounds de négociation de l’OMC.
L’objectif est d’analyser les caractéristiques et les enjeux du Groupe de Cairns face à ses interlocuteurs dans le cadre des négociations agricoles à l’OMC, d’identifier les différentes étapes de négociation, de comprendre la position des parties adverses et d’envisager les issues possibles.

Lire la suite…

Partagez ! Ces icônes sont des liens vers des sites de partage de signet sociaux où les lecteurs peuvent partager et découvrir de nouveaux liens.
  • email
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • LinkedIn
  • Print
  • Twitter

Edito : La stratégie informationnelle du Vatican face au Web 2.0

02-12-2013 dans Edito

Pope Francis  Pontifex  on Twitter« Merci pour votre amour et pour votre soutien. Puissiez-vous expérimenter toujours la joie de mettre le Christ au centre de votre vie ! ». C’est le 39ème et dernier tweet du Pape Benoit XVI, posté sur le réseau social Twitter le 28 février 2013, dernier jour de son pontificat, depuis le compte officiel du Vatican « @Pontifex ». Si le Pape Jean-Paul II avait inauguré le lancement du site vatican.va en 1995, c’est bel et bien Benoit XVI qui est le premier Pape à se lancer à la conquête des réseaux sociaux et à ouvrir de nouvelles perspectives de communication pour le Vatican à l’ère numérique.

Lire la suite…

Partagez ! Ces icônes sont des liens vers des sites de partage de signet sociaux où les lecteurs peuvent partager et découvrir de nouveaux liens.
  • email
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • LinkedIn
  • Print
  • Twitter

Le financement de la criminalité et du terrorisme au Sahel

25-11-2013 dans Matrices stratégiques

Sahel-terrorismeTrafic de cigarettes en direction de l’Europe, prise d’otages massive sur le site gazier d’In-Anemas dans le Sud-est algérien, derrière ces deux modes d’actions différents, un seul homme : Mokhtar Belmokthar alias «Mister Marlboro». Est-ce le trafic qui permet de financer l’action terroriste ? Ou est-ce le terrorisme qui favorise le trafic sans risque dans la région ? À qui le crime profite dans « l’océan sahélien (1) » ?
Reliant la côte mauritanienne à la côte soudanaise, la bande sahélienne traverse 8 pays (Sénégal, Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger, Nigeria, Tchad et Soudan) tout en  y mêlant 3 autres (Maroc, Algérie et Libye). L’étude suivante portera exclusivement sur la zone ouest du Sahel.
L’hypothèse d’une collusion de circonstance entre bandes criminelles et groupes terroristes semble se vérifier. Les uns acheminent et revendent sous la protection des autres en contrepartie d’un financement discret et indirect mais néanmoins important de leurs actions.

Lire la suite…

Partagez ! Ces icônes sont des liens vers des sites de partage de signet sociaux où les lecteurs peuvent partager et découvrir de nouveaux liens.
  • email
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • LinkedIn
  • Print
  • Twitter

L’utilisation stratégique des programmes d’aide alimentaire internationale par les Etats-Unis

21-11-2013 dans Matrices stratégiques

programme-alimentaire_etats-unisLes Etats-Unis sont le principal acteur de l’aide alimentaire internationale : en 2012, ils ont apporté 1,46 milliard de dollars au World Food Program, soit près de 4 fois la contribution européenne1. Les antécédents de l’actuelle présidente du WFP sont révélateurs des enjeux qui sous-tendent cette prépondérance: Ertharin Cousin, américaine, a travaillé pour deux importantes entreprises agro-alimentaires aux USA avant d’entrer dans l’administration Clinton, puis Obama2.
L’organisme qui s’occupe de la mise en œuvre de l’aide extérieure des Etats-Unis, directe ou via ses participations aux programmes internationaux, s’appelle l’USAid (US Agency for International Development). Localisé à Washington, il travaille en lien direct avec le Département des Affaires Etrangères et doit rendre des comptes au Congrès. Plusieurs fois menacée de fermeture, l’agence doit justifier son existence par la profitabilité de son action, ce dont elle fait publiquement preuve, dévoilant les retours sur investissement attendus par les Etats-Unis de leur assistance3.
Dans ce contexte, la question est de savoir comment les Etats-Unis utilisent l’aide alimentaire internationale pour satisfaire leurs intérêts économiques et, plus encore, politiques ?

Lire la suite…

Partagez ! Ces icônes sont des liens vers des sites de partage de signet sociaux où les lecteurs peuvent partager et découvrir de nouveaux liens.
  • email
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • LinkedIn
  • Print
  • Twitter

La grande distribution au Brésil

19-11-2013 dans Matrices stratégiques

grande-distribution-bresil.svgLe mois de septembre a vu accéder Roberto Azevêdo, négociateur brésilien pendant le cycle de Doha, au poste de directeur général de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC), confirmant le poids que prend cette nation émergée dans les échanges internationaux.
La population brésilienne est de plus en plus nombreuse et accède à des biens de grande consommation, dont la demande est en constante accélération, faisant du Brésil le pays le plus attractif depuis deux ans pour la grande distribution. Cette situation est renforcée par des prévisions de croissance largement positives pour 2013. (3.3%) Ces caractéristiques font de ce pays le troisième marché mondial dans le secteur de la distribution alimentaire et donc le terrain d’âpres affrontements. C’est un marché à haute portée stratégique, dont les enjeux sont d’autant plus lourds que les chiffres d’affaires des chaînes de distribution du « vieux continent » ont tendance à reculer. (Baisse des ventes de Carrefour de 3.2% en 2012 en Europe) c’est grâce à l’Amérique Latine et surtout au Brésil que les distributeurs sont dans le positif.

Lire la suite…

Partagez ! Ces icônes sont des liens vers des sites de partage de signet sociaux où les lecteurs peuvent partager et découvrir de nouveaux liens.
  • email
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • LinkedIn
  • Print
  • Twitter

L’Ukraine sur le chemin de l’Union européenne ?

12-11-2013 dans France Europe Puissances

ukraine_europeDevenue indépendante le 24 août 1991, l'Ukraine a été rapidement incluse dans le processus d'intégration européenne en signant un accord de partenariat et de coopération en octobre 1992.
Ce même accord figurait comme la première étape vers l'adhésion à l'Union européenne et avait été ratifié par la Pologne et l'ensemble des autres pays de l'Europe satellisés par l'Union soviétique. Il est à noter que la plupart de ces États sont devenus membres de l'UE à la différence de l'Ukraine.
Depuis l'indépendance de l'Ukraine, seize sommets Ukraine – UE se sont déroulés. A chaque fois, l'Ukraine a fait part de son désir de rapprochement avec l'Union européenne aussi bien qu'avec la Russie. La volonté d'adhérer à l'Union européenne fut formulée pour la première fois par le Président de la République Leonid Koutchma en 1998.

Lire la suite…

Partagez ! Ces icônes sont des liens vers des sites de partage de signet sociaux où les lecteurs peuvent partager et découvrir de nouveaux liens.
  • email
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • LinkedIn
  • Print
  • Twitter

Les échanges franco-tchadiens après 1960

08-11-2013 dans France Europe Puissances

TchadAncien membre de l’Afrique Equatoriale Française, le Tchad obtient son indépendance en 1960. Depuis, l’ex colonie traversa de nombreuses crises (politiques, diplomatiques, humanitaires, économiques) et fut souvent déstabilisée par des conflits armés. Les difficultés économiques rencontrées par le Tchad impactèrent les échanges commerciaux avec l’ancien colonisateur. 3ème plus grand client et 2ème plus grand fournisseur du Tchad en 2011, la France reste aujourd’hui un des principaux partenaires économiques de son ancienne colonie.

Lire la suite…

Partagez ! Ces icônes sont des liens vers des sites de partage de signet sociaux où les lecteurs peuvent partager et découvrir de nouveaux liens.
  • email
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • LinkedIn
  • Print
  • Twitter

Le GPS Navstar : norme militaire universelle ?

06-11-2013 dans Industries et souveraineté

navstar-gpsGPS-navstarLe GPS Navstar est un système de positionnement par satellite développé par l'US Air Force à partir de 1973. Il convient de préciser que le terme « GPS » (Global Positioning System) est un terme générique. Cependant, se référer au GPS revient le plus souvent à se référer au système de GPS américain Navstar. Autrement dit, les Etats-Unis se sont arrogés le terme générique, témoignage d'une forte influence, si ce n'est d'une hégémonie totale en matière de système de positionnement par satellite. Ce système repose sur une constellation de 30 satellites qui couvrent la totalité de la surface terrestre (1). Jusqu'à une époque récente, ce système américain a de nombreuses fois fait preuve de sa suprématie (2), tant sur le plan civil que militaire et ce n'est que par le bon vouloir de ce pays que nous profitons à des coûts très réduits de cette technologie. Ainsi les usages militaires dépendent du Department of Defense (DoD) américain. La mainmise de ce dernier est totale en la matière, de l'exportation de la technologie et de tout matériel utilisant celle-ci à la fourniture du signal en lui-même (3). De fait, tout matériel militaire utilisant la technologie GPS est soumis à l'International Traffic in Arms Regulations (4), ce qui permet à l'administration américaine de disposer d'un panel des équipements utilisés par les puissances étrangères, mais aussi d'avoir un droit de regard concernant l'autorisation ou le refus de l'usage de leur technologie. Par ailleurs, si le DoD décidait à tout moment de brouiller ou de dégrader le signal GPS, civil ou militaire, rien ne pourrait l'en empêcher. Il ne faut pas non plus négliger l'avantage de cette utilisation mondiale d'un tel système en matière de collecte de données, qui représente pour les Etats-Unis une véritable aubaine dans l'obtention du renseignement par le biais de la National Geospatial Intelligence Agency (5). Enfin, c'est également en raison de sa position de pionnier en la matière, que le système Navstar, a  su se constituer en tant que norme militaire universelle. L'absence de concurrent fiable et les possibilités que le système a su offrir a donné l'occasion aux armées alliées des Etats-Unis de bénéficier d'une technologie avancée mais ceci au prix d'une dépendance technologique totale.

Lire la suite…

Partagez ! Ces icônes sont des liens vers des sites de partage de signet sociaux où les lecteurs peuvent partager et découvrir de nouveaux liens.
  • email
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • LinkedIn
  • Print
  • Twitter

Les relations Russie-Biélorussie – l’affaire Uralkali

04-11-2013 dans Matrices stratégiques

Belarus-Russia« La Russie nous [la Biélorussie] traite comme ses vassaux. Nous sommes une nation gouvernée de facto par la Russie dans les secteurs clés » (1). Mais plus encore qu’à un gouvernement de facto, c’est à l’absorption que la Russie aspire. Elle partage avec la Biélorussie une langue, une ethnie, une histoire, une religion et les deux nations sont intimement liées tant sur le versant politique que sur le versant économique. Assénée régulièrement par le Président russe V. Poutine mais aussi par son homologue A. Loukachenko, la fusion politique des deux Etats, « possible [et] désirable » (2), était encore récemment envisagée dans un contexte de crise économique majeure en Biélorussie et concomitamment à la vente d’une partie stratégique de son industrie en échange de moyens de financement. Avec l’affaire Uralkali – dont les tenants et les aboutissants ne sont pas entièrement démêlés – s’envolent déjà les illusions des plus crédules mais nous verrons à quel point, au contraire, elle est symptomatique d’une relation en dents de scie qui, depuis l’arrivée au pouvoir de V. Poutine, prend la tournure d’un mariage forcé sans réelle stratégie de long terme.

Lire la suite…

Partagez ! Ces icônes sont des liens vers des sites de partage de signet sociaux où les lecteurs peuvent partager et découvrir de nouveaux liens.
  • email
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • LinkedIn
  • Print
  • Twitter

Edito : Exportation du Rafale : chronique d’un échec annoncé ?

DASSAULT-RAFALE-MARINE"La France a raté ce rendez-vous (…) ce qui est invraisemblable pour une nation qui a un savoir-faire technologique, aéronautique, électronique considérable avec des entreprises majeures qui étaient en situation de pouvoir le faire". Ce constat désabusé dressé par le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, lors d’une émission radio-télévisée le 19 mai dernier se rapportait au dossier des drones : il aurait aussi bien pu s’appliquer à l’affaire du Rafale.
Bien que résolument en pointe dans nombre de domaines industriels, la France peine à exporter ses produits high-tech souvent par mépris des priorités de ses clients potentiels ou par manque d’une stratégie d’influence réactive, dans un milieu international hautement concurrentiel. Les aléas de l’exportation du Rafale pourraient s’avérer emblématiques de ce manque de savoir-faire « à la française ».

Lire la suite…

Partagez ! Ces icônes sont des liens vers des sites de partage de signet sociaux où les lecteurs peuvent partager et découvrir de nouveaux liens.
  • email
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • LinkedIn
  • Print
  • Twitter

La dissonance cognitive des constructeurs automobiles français

03-10-2013 dans Industries et souveraineté

vintage_poster_art_deco_automobile_franceLes publications du premier semestre 2013 relancent la guerre des chiffres chez les constructeurs automobiles européens. Alors que la Commission européenne enquête sur la garantie de 7 milliards d’euros accordée par l’Etat à la banque PSA Finance, les ventes du groupe français montrent un recul de 13% dans un marché européen en repli de 7% sur le premier semestre. Très exposé en Europe avec près de 60% des volumes, PSA voit ses ventes chuter de 9,8% sur un marché mondial en progression de 3% (cf. note1).

Lire la suite…

Partagez ! Ces icônes sont des liens vers des sites de partage de signet sociaux où les lecteurs peuvent partager et découvrir de nouveaux liens.
  • email
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • LinkedIn
  • Print
  • Twitter

Manœuvres chinoises pour conquérir des parts du marché mondial du vin

01-10-2013 dans Industries et souveraineté

vin-chinoisLa procédure « anti dumping » lancée par la Chine contre les vins de l’Union Européenne a été présentée comme une contre mesure aux menaces de rétorsion de l’Union Européenne (UE) sur les importations de panneaux solaire chinois. Les ministres français, espagnols et italiens avaient tous espéré que celle-ci s’arrêterait avec la conclusion d’un accord sur le solaire. Il n’en est rien. Apparemment poussée par ses propres viticulteurs (80 à 90 % des vins consommés en Chine sont d’origine chinoise), la Chine persiste dans sa volonté de sanctions pour protéger sa production nationale mais aussi pour en écouler une partie significative dans les pays consommateurs de vin.

Lire la suite…

Related Posts with Thumbnails
Partagez ! Ces icônes sont des liens vers des sites de partage de signet sociaux où les lecteurs peuvent partager et découvrir de nouveaux liens.
  • email
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • LinkedIn
  • Print
  • Twitter