Réalité de la stratégie économique américaine face à l’Europe : Avant et après Trump

17-03-2017 dans Matrices stratégiques

Réalité de la stratégie économique américaine face à l’EuropeLa fin de la Guerre Froide a marqué le début d’un changement de paradigme, notamment entre les Etats-Unis et l’Europe. Jusqu’en 1991, les pays étaient rassemblés en blocs. Afin de maintenir cette logique de blocs, notamment celui de l’ouest (États-Unis, Europe de l’Ouest, Canada et d’autres pays), il était impossible de montrer ostensiblement une quelconque compétition, ne serait-ce qu’économique. Dans ce contexte, l’Europe constituait une forme de rempart contre le bloc soviétique. Les relations diplomatiques entre les États-Unis et l’Europe étaient donc le fruit de calculs d’intérêts économiques et géopolitiques nécessaires aux deux pays qui sont donc des compétiteurs alliés, en somme.

Suite à la chute du mur et la victoire du bloc ouest, les considérations stratégiques des états se modifient. En effet, la démonstration de puissance d’un état ne se traduit plus par sa stratégie militaire et sa capacité à conquérir des territoires, mais par son économie et sa capacité à rester compétitif face aux autres pays. De ce fait, de nouveaux plans d’action, ciblant le terrain économique, doivent être mis en place. Les États-Unis s’éloignent alors de l’Europe, qui n’a plus besoin de son soutien, afin de se recentrer sur son accroissement de puissance. Jusqu’alors grande alliée privilégiée, l’Europe se retrouve en posture de concurrent principal. S’en suit la création du National Economic Council (NEC) par l’ordre exécutif en 1993, qui a pour mission principale de mettre l’économie au cœur de la politique et donc au service de leur puissance.

Les relations euro-américaines se retrouvent à nouveau bouleversées dans le contexte actuel, post-élection de Donald Trump en tant que Président des États-Unis. Cet évènement inattendu marqua l’année 2016 de par le programme choc du président élu. Celui-ci prône un nationalisme économique affiché et favorable à une dislocation européenne. Bien qu’il soit désormais affiché, il ne constitue en rien une nouveauté. Nous réaliserons tout d’abord une analyse des différents leviers de nationalisme économique utilisés par les américains ces 20 dernières années face à ce concurrent qu’est l’Europe[1]. La seconde partie sera consacrée aux conséquences de la politique de Trump sur la montée de(s) nationalisme(s) européen(s) (abolition du TAFTA, autres cas de Brexit…).

TÉLÉCHARGER L’INTÉGRALITÉ DU DOSSIER

(Un dossier réalisé par Ambre AZALBERT, Guillaume BEAUME, Marie HEGLY, Jean-Charles KULICH, Antoine RIOUAL  et Emma THEVENAU)

[1] Ce listing n’a pas vocation à être exhaustif, mais à être illustratif