Les géants du Web et la cybercriminalité

cybercriminaliteLes géants du Web se positionnent aujourd’hui comme les fervents défenseurs d’un monde numérique plus sûr, et mettent au coeur de leur priorité une lutte acharnée contre la cybercriminalité. Cependant, le tsunami causé par Edward Snowden et les révélations du programme PRISM ont mis à mal la réputation des mastodontes du Net. Google, Facebook, Apple, Microsoft, autant de sociétés qui ont été montrées du doigt par les internautes, qui se sont sentis trahis, perdant toute confiance envers ceux qui s’autoproclamaient gardiens d’un Internet respectueux des données et de la vie privée des utilisateurs.

De plus, si la lutte contre la cybercriminalité est une cause noble, elle n’en reste pas moins un segment très rentable pour l’économie dont les géants du Web ne se privent pas, puisqu’ils restent avant tout des compétiteurs dont le profit est le leitmotiv.
Ce leitmotiv pousse ces firmes américaines à conquérir de nouveaux marchés, afin de fuir la saturation des réseaux en Occident. Mais les pays émergents accusent un retard conséquent dans l’intégration des nouvelles technologies à leur société. Les géants du Web n’ont alors qu’un pas à faire pour s’engouffrer dans la brèche de la fracture numérique, et se posent alors comme les sauveurs de ses sociétés où beaucoup reste à faire en matière de numérique. Tout cela au risque de déployer un peu plus le cyberespace et ainsi d’offrir un terrain de jeu encore plus attrayant pour les cybercriminels.

Télécharger l'étude : Les géants du Web et la cybercriminalité