Guerre de l’information contre les OGM – Point d’étape

10-05-2013 dans Guerre de l'information

mais-ogmLes OGM sont un cas d’école de la guerre de l’information qui sévit dans le monde économique. Les groupes agrochimiques ont subi une défaite informationnelle majeure face à une minorité agissante qui a bâti toute sa stratégie d’attaque autour d’une question élémentaire : prouvez-nous que les OGM ne rendent pas malades ? Après plus d’une décennie d’affrontements informationnels, bien des interrogations demeurent dans ce dossier. Une des plus épineuses porte sur l’interprétation de cette campagne à travers une grille de lecture de guerre économique. L’industrie américaine est leader dans l’industrie des OGM. L’un des concurrentes les plus directes, à savoir la France est bloquée dans sa stratégie de développement. Il n’est pas inutile de se demander à ce propos si il  y a eu ou non une orchestration pour empêcher les groupes agroalimentaires français de se positionner sur ce nouveau terrain concurrentiel ?

L’indépendance des acteurs de la société civile
L’association CRIIGEN (Comité de Recherche et d'Information Indépendantes sur le Génie Génétique) est un organisme indépendant dont la création date de 1999 sur le modèle du CRIIRAD créé par Michèle Rivasi. Gilles Eric Séralini en est l’expert le plus médiatisé auteur de plusieurs études au centre de plusieurs polémiques. L'un de ses objectifs est de favoriser le doute sur l'innocuité des OGM en utilisant des méthodes choc et en jouant sur de multiples peurs.
Le CRIIGEN est-il pour autant un organisme à l’abri de toute forme d’influence extérieur dans la mesure où c’est la grande distribution qui a financé l'étude publiée en octobre 2012 à l'origine d'une nouvelle polémique. Le risque OGM a été pris en compte par la grande distribution au fur et à mesure de l’augmentation de la résonance médiatique liée à  la campagne anti-OGM au début des années 2000. En effet, les consommateurs perdant confiance en ces produits supposés contenir des OGM ont tout naturellement la possibilité de se tourner vers le bio, ce qui ne sert  pas forcément les intérêts immédiats de la politique commerciale de ses groupes. Le groupe Carrefour avait même déclenché une polémique publique avec Nestlé qui n’acceptait pas qu’un des leaders mondiaux de la grande distribution  puisse déclarer ouvertement qu’il ne vendrait pas de produits à base d’OGM.

Une contre information pro OGM maladroite
Au cours des dernières années, de nombreuses contre attaques informationnelles se sont échelonnées au gré de publications et interventions médiatiques du CRIIGEN. Les tactiques utilisées par les défenseurs des OGM, qu'elles soient virales ou diffamatoires dissimulent leurs liens avec cette industrie par le rattachement à une caution morale telle que l'appartenance à une université ou un centre de recherche renommé.
Cette recherche systématique d’une caution scientifique « déguisée a affaibli plus que renforcé la position des groupes agrochimiques. Le crédit apporté par ce fait, utilisé à outrance par les lobbyistes est tel que nos politiques afin de retrouver un peu de sérénité, ont  envisagé de bannir de L'Assemblée Nationale les représentants du lobby OGM, alors même que deux autorités scientifiques devaient rendre leurs conclusions sur la dernière étude en date relative à un maïs génétiquement modifié. Monsanto et consorts privés d’accès privilégié à nos décideurs, le site Acteurs publics n'a pas manqué de relever l’information : "les députés qui ont la main sur le fonctionnement du Palais Bourbon, font actuellement le ménage dans la liste des lobbyistes accrédités". Et ces agents d’influence jugés persona non grata travaillent majoritairement pour l’industrie des OGM : Monsanto, Dupont, Bayer Cropscience et Syngenta. Même si, sur le fond, cela ne change pas grand chose pour ces entreprises, la symbolique  du message  envoyé est en revanche très forte : l’hémicycle envoie ainsi un signe défiance à l’égard d’un secteur qui bataille pour faire autoriser ses produits à base d’OGM en France.
Cette maladresse récurrente souligne l’incapacité culturelle de groupes agrochimiques enfermés dans le culte du secret à mener des guerres de l’information efficaces. Citons par exemple leur incapacité à utiliser les zones d’ombre de la parie adverse comme la passivité inexplicable des groupes anti-OGM qui laissent passer les importations importantes de bétail de boucherie élevé aux OGM (en provenance d’Amérique Latine).

Déplacement de la guerre de l'information relative aux OGM
Mais le fond du problème probablement est ailleurs. Dans son combat contre les OGM, le CRIIGEN reste favorable à l'utilisation des ressources du génie génétique dans le cadre de la recherche mais un nouveau cheval de bataille apparaît, la lutte contre l'opacité relative aux résultats d'analyses toxicologiques. Ces analyses tendent à être protégées par le secret, même si elles concernent un produit tombé dans le domaine public depuis longtemps. Il faut remarquer que le problème situe à la fois le principe actif mis en cause, le glyphosate, mais aussi les autres composants entrant dans la formulation des traitements.
Le CRIIGEN a donc publié en Octobre 2012  des résultats de recherche présentés de façon à être choquants vis à vis de l'opinion publique, afin de déclencher  une importante polémique qui remet les OGM sur le devant de la scène et braque les projecteurs sur Le responsable de cette étude, le Pr Gilles Eric Seralini. S'en est suivie la publication d'un livre à destination du grand public, "Tous cobayes" et d'un documentaire. Rapidement,  le monde médiatique s'est emparé de ces faits,  donnant une  résonnance médiatique mondiale à ce qui n'est au fond qu'un ensemble de résultats d'analyse.
Les pouvoirs publics, contraints de réagir, mandatent le Haut conseil des biotechnologies (HCB) pour examiner l'étude controversée. Le HCB estime que l'étude du Pr Gilles-Eric Séralini, ne permet pas de conclure à un risque sanitaire lié à la consommation du maïs transgénique NK 603 commercialisé par la firme américaine Monsanto. «Le dispositif expérimental mis en œuvre est inadapté aux objectifs de l'étude». «Les conclusions d'effets délétères de la consommation de maïs NK603 ne sont pas soutenues par l'analyse des résultats présentés dans l'article», publié dans la revue scientifique Food and Chemical Toxicology le 19 septembre, poursuit le HCB qui estime donc que «cet article ne remet pas en cause les conclusions des évaluations précédentes sur cet OGM». Le conseil économique éthique et social du HCB recommande toutefois qu'une «étude de long terme, indépendante et contradictoire soit entreprise sous l'égide des pouvoirs publics quant à la sécurité sanitaire du maïs NK603», produit par Monsanto. L'objectif de cette étude est de répondre aux interrogations de la société sur l'innocuité de ce maïs OGM afin de lever le doute qui s'est installé dans l'opinion après les scandales sanitaires de ces dernières années.
Les pouvoirs publics, la Communauté Européenne, demandent la communication des données brutes expérimentales, ce à quoi le CRIIGEN, par la voix de sa vice présidente et députée européenne Corinne Lepage répond par une autre demande : que soient communiquées les données brutes ayant conduit à l'obtention des autorisations de mise sur le marché du glyphosate que l'AFCE s'est toujours refusée à fournir au nom du secret industriel.

Intérêts contradictoires 
Les études réalisées par le CRIIGEN viennent perturber la mécanique d'une stratégie informationnelle au service d'une politique commerciale bien huilée et déterminée à réduire au silence toute initiative contraire au développement des OGM. Mais la clé de voute de l'argumentation scientifique symbolisée par le Professeur Gilles Eric Séralini peut être affectée par une menace informationnelle portant sur la qualité des relations professionnelles de ce dernier. Présenté comme un scientifique indépendant, il interviendrait régulièrement à la demande d'une société impliquée dans la fabrication de médicaments homéopathiques Sévène Pharma, située dans le Gard. Ce laboratoire homéopathique est détenu pour partie par Daniel Chauvin adhérent de longue date au Mouvement d'Invitation pour la Vie (IVI) classé en 1995 et 1999 parmi les 'Sectes guérisseuses pseudo catholiques par la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires. De plus, il est troublant de constater que le siège d'IVI à Boulogne Billancourt héberge la direction commerciale et marketing du laboratoire. Le site web d'IVI est lié à pelargo.com qui n'est autre que le site de la plateforme maladies rares info services. La nébuleuse de cette nouvelle chaîne d’intérêts dans la mouvance anti-OGM est elle de nature à modifier le rapport des forces?