Edito : Influence, l’exception culturelle française

02-10-2014 dans Culture et influence

Influence, l'exception française

Les Français se rendent compte régulièrement que leur culture de l’influence commerciale est infiniment moins développée que celle de leurs voisins britanniques.

Cette constatation débouche généralement sur la recommandation suivante : la France doit rattraper rapidement le retard pris au cours des années afin d’être enfin à la hauteur de ses alliées ultramarines. C’est peut être oublier ici que les stratégies d’influence, loin d’être nées du hasard, sont les témoins d’une culture très ancienne qu’il serait parfaitement vain de prétendre redresser à l’aune des modes du temps.

Si l’on considère les stratégies françaises de l’influence, il s’avère que celles-ci ont été parfaitement efficaces dans deux domaines : la sphère culturelle et le champs politique. Même si l’on peut distinguer les hommes qui exercent effectivement le pouvoir de ceux qui soufflent leurs pensées à d’autres, le pouvoir et l’influence sont intimement liés. Ils s’inscrivent surtout dans une culture profonde. Celle-ci est militaire et aristocratique en France. Ceci explique que les Français aient excellé dans les cabales et intrigues littéraires d’une part et dans les camarillas politiques de l’autre.

Il n’est que de dresser le tableau des cabales en France pour s’en rendre compte. Celles-ci s’inscrivent dans deux espaces majeurs : le théâtre et la Cour. D’un côté la cabale contre Phèdre de Racine (1677), de l’autre la cabale des Importants (1643).

Les Français conspirent admirablement dans les loges de l’opéra de Paris et au Congrès de Vienne, quant aux affaires commerciales, elles sont traitées avec un parfait mépris.

Or, d’un point de vue historiques, les monarchies militaires du continent ont été doublées par les républiques marchandes qu’il s’agisse de la Hollande, de l’Angleterre où des Etats-Unis. C’est donc la culture d’influence des commis-voyageurs qui a fini par triompher. Comme ceux-ci ont favorisé l’avènement politique de ploutocraties – à peine déguisées en démocraties – afin que les marchandises puissent s’échanger sans aucune entrave, la nécessité de l’influence s’est fait sentir de façon accrue.

En premier lieu au sein des parlements nationaux, puis au sein des instances internationales, au fur et à mesure que celles-ci dépossédaient les représentations nationales, et enfin au sein des comités opaques édictant les normes infra-législatives, qui pour être discrètes n’en sont pas moins infiniment plus puissantes que les lois.

Dans ces circonstances, fallait-il que les Français courussent après une culture de l’influence commerciale qui n’était pas la leur où à l’inverse renouassent avec leur culture de l’intrigue politique afin de gagner d’une main ce qu’ils avaient perdu de l’autre ?

Il ne fait guère de doute que la seconde solution s’imposait : peut on forcer sa nature ?

Thomas Flichy de La Neuville
Professseur à l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr