Edito : Influence, l’exception culturelle française

19-09-2014 dans Culture et influence,Edito

Influence, l'exception française

Les Français se rendent compte régulièrement que leur culture de l’influence commerciale est infiniment moins développée que celle de leurs voisins britanniques.

Cette constatation débouche généralement sur la recommandation suivante : la France doit rattraper rapidement le retard pris au cours des années afin d’être enfin à la hauteur de ses alliées ultramarines. C’est peut être oublier ici que les stratégies d’influence, loin d’être nées du hasard, sont les témoins d’une culture très ancienne qu’il serait parfaitement vain de prétendre redresser à l’aune des modes du temps.

Si l’on considère les stratégies françaises de l’influence, il s’avère que celles-ci ont été parfaitement efficaces dans deux domaines : la sphère culturelle et le champs politique. Même si l’on peut distinguer les hommes qui exercent effectivement le pouvoir de ceux qui soufflent leurs pensées à d’autres, le pouvoir et l’influence sont intimement liés. Ils s’inscrivent surtout dans une culture profonde. Celle-ci est militaire et aristocratique en France. Ceci explique que les Français aient excellé dans les cabales et intrigues littéraires d’une part et dans les camarillas politiques de l’autre. Lire la suite…

Edito : La dimension géoéconomique de Taiwan

Dimension géoéconmique du taiwan La République de Chine a été fondée en Chine continentale en 1912. Elle est battue par l’armée communiste de Mao Zedong qui proclame la création de la Chine Populaire en octobre 1949. Chiang Kaï-chek, le Président, son gouvernement et les adhérents du parti politique Kuomintang (KMT) se replient alors sur l’’île de Taïwan reprise au Japon 4 ans plus tôt.

Cette petite île de 36.000 km2 est en 1949 l’un des pays les plus pauvres du monde. Aujourd’hui, avec ses 23 millions d’habitants, Taïwan est devenue la 6ème économie en Asie et la 24ème économie mondiale. Avec un PIB de 474 milliards USD en 2012 soit un PIB/hab en parité de pouvoir d’achat de 38.500 USD, supérieur à celui de la France (35.520 USD), Taïwan compte parmi les économies les plus avancées.

Taïwan, la Corée du Sud, Hong-Kong, et Singapour sont les « 4 dragons asiatiques » qui se sont industrialisés de façon accélérée depuis 1950 et ont connu une croissance spectaculaire grâce au commerce extérieur.

Lire la suite…

Edito : Les dérives du traitement de l’émotion populaire par la Loi

25-07-2014 dans Edito

propagande-webLe non lieu prononcé fin mai 2014 dans l’affaire du naufrage du Bugaled Breizh, exacerbe les tensions.  Après dix années de procédure, les circonstances de la disparition des cinq membres d’équipage du chalutier breton restent une énigme. Mais ce qui provoque l’étonnement, c’est le combat  porté par  l’association « SOS Bugaled Breizh » créée par Jacques Losay en novembre 2013. En effet au-delà du soutien aux proches des marins disparus, l’objectif est « de promouvoir la réforme de nos Constitutions en vue d’assurer une meilleure protection des citoyens dans les procès impliquant des agents des forces armées ou de l’Administration… » . Et cette demande a trouvé un écho auprès de la sénatrice Leila Aichi  qui précise qu’une réflexion sur la levée « du secret défense » doit être engagée. Pour elle, « la transparence doit aujourd’hui prévaloir sur la raison d’Etat » avec par exemple la mise en place d’une responsabilité sans faute de l’Etat.
Comment peut-on passer d’un accident de pêche, aussi terrible soit il, à une demande de réforme de nos constitutions et institutions ? Ce n’est pas la première fois que cela se produit. Cette affaire illustre parfaitement une tendance apparue depuis une vingtaine d’années qui veut qu’à chaque drame médiatisé, une réponse législative est proposée suivant le modèle : « un drame, une Loi ». Après le Bugaled Breizh, nous verrons que trois autres exemples permettent de mieux comprendre ce type de mécanique.  

Lire la suite…

Edito : La propagande à l’heure du Web

18-07-2014 dans Edito

propagande-webPeut-être avez vous remarqué sur vos journaux en ligne que les articles sur le conflit israélo-palestinien de ces derniers jours étaient largement commentés et parfois de façon assez virulente. Les modérateurs des médias en ligne sont en tout cas sur le pied de guerre pour ne pas laisser passer trop de propos incitant à la haine ou illégaux. Sur les médias participatifs, les commentaires sont beaucoup plus nombreux et beaucoup plus virulents car souvent modérés à postériori et par l'ensemble de la communauté. C'est le cas d'Agoravox, par exemple, où le sujet pro ou antisioniste revient d'ailleurs très souvent dans les commentaires, et ce, quel que soit le sujet de l'article.

Mais il semblerait pourtant que ces commentaires ne soient pas tous spontanés et que nombre d'entre eux soient quelque peu aidés voire suscités … Il s'agirait en effet plus d'actions de propagande que de commentaires spontanés. La propagande consiste à organiser "ce qui doit être propagé", il s'agit d'un ensemble d'actions menées auprès de la population, afin de l'influencer. Ainsi, ces actions se distinguent des initiatives spontanées car elles sont préparées et coordonnées tout comme elles différent des actions de publicité et de marketing qui visent à promouvoir un produit ou une marque commerciale (parfois avec les mêmes procédés …) Le succès d'une propagande réside tant dans les actions menées, les contenus diffusés que dans la discrétion de l'organisation et des dispositifs mis en place.

Lire la suite…

Edito : La conflictualité clausewitzienne en guerre économique

Carl_von_ClausewitzCarl Von Clausewitz (1780-1831), général de l’armée prussienne, occupe une place particulière parmi les auteurs militaires. Son Traité De la guerre, paru en 1832, conserve une étonnante modernité, tant sur le plan de la pensée militaire théorique qu’au titre de la stratégie économique des puissances actuelles. Examinons ici en quoi la doctrine stratégique élaborée par Clausewitz peut nous éclairer sur la conflictualité dont est empreinte la guerre économique qui se joue à notre époque.

Lire la suite…

Edito : L’émergence d’une contre-culture sur le management

02-06-2014 dans Culture et influence,Edito

contre-culture-managementLa littérature anglo-saxonne sur le monde des entreprises est-elle en train de sortir des sentiers battus du politiquement correct ? L’ouvrage Light Footprint Management (LFM) du consultant Charles Edouard Bouée ouvre la voie à une nouvelle approche de l’approche managériale occidentale dans un monde qualifié de Volatile, Uncertain, Complex, Ambiguous (VUCA). Le monde est volatile et incertain: les évènements deviennent plus ou moins incontrôlables. La crise financière en est un exemple typique. Le changement climatique accentue les critères d’incertitude. Le monde est de plus en plus complexe à cause de la croissance des interconnections entre les chaînes logistiques et la densité des communications. Le monde est plus ambigu et rend plus difficile les procédures de contrôle. Les frontières entre les alliés et les adversaires sont de plus en plus floues. Les évènements inattendus et leurs conséquences imprévisibles sont devenus une caractéristique de notre ère.

Lire la suite…

Edito : United Against Nuclear Iran : Une arme informationnelle pour la conquête du marché iranien ?

02-05-2014 dans Edito,Matrices stratégiques

UANIAu lendemain du voyage de prospection en Iran organisé par le MEDEF et auquel ont participé plus d’une centaine d’entreprises françaises, l’organisation United Against Nuclear Iran a lancé une campagne de dénonciations et de menaces à l’encontre des principales entreprises ayant participé à ce voyage ( France Campaign ). Cette campagne est une attaque informationnelle, assumée par l’ONG, visant à empêcher toute implantation ou prospection d’entreprise étrangère en Iran dans le but affiché du respect des sanctions internationales imposées à l’Iran. Cependant, à l’heure où l’Iran multiplie les signes de bonne volonté et de coopération à l’égard de la communauté internationale, il convient de décrypter les objectifs réels de cette organisation et son rôle dans la conquête du marché iranien.

Lire la suite…

Edito : Convergence IFRS : une guerre économique toujours active

ifrs-comptabiliteLa normalisation comptable internationale IFRS visant à renforcer la comparabilité des états financiers pour mesurer la performance économique réelle des entreprises n’en finit pas de faire débat.

Une polémique qui prend de l’ampleur
D’un côté, le cadre conceptuel des principes comptables américains US-GAAP édictés par le FASB (Financial Accounting Standards Board), à dominante américaine et incluant des représentants de la SEC (Securities Exchange Commission), des principaux cabinets d’audit anglo-saxons, de sociétés américaines cotées, banques ou encore du CFA (Chartered Financial Analyst Society) (cf. note 1). Une vision de la comptabilité destinée aux actionnaires, qui prend en compte la règle de la fair value, la valeur de marché de l’entreprise, variable par définition dans le temps en fonction des conditions de marché.

Lire la suite…

Edito : L’évolution de la nature stratégique des entreprises

01-03-2014 dans Edito,Matrices stratégiques

strategies-entreprisesLa définition d’une entreprise stratégique n’est pas un exercice facile au niveau national comme au niveau local. Plusieurs notions se télescopent : la sécurité, l’attractivité, l’intérêt national, les intérêts très variés et contrastés des territoires. La mondialisation est passée par là mais aussi l’émergence de nouvelles problématiques liées à la particularité des économies émergentes centrées avant tout sur la conquête des marchés extérieurs. Cette question délicate du sens à donner à l’adjectif « stratégique » ne se résume plus à l’accord des représentants de l’administration sur le contenu d’une liste mais plutôt sur leur capacité à s’entendre sur une grille de lecture commune. Le besoin de cerner clairement la hiérarchie des enjeux et des priorités se fait d’autant plus sentir aujourd’hui lors des réunions organisées par les préfets dans les départements et les régions. La base de réflexion des fonctionnaires repose très largement sur la liste élaborée par les services spécialisés qui sont chargés de la protection du patrimoine. Leurs critères de choix correspondent à la grille de lecture que l’administration a élaborée à partir du XXe siècle pour faire face aux ingérences étrangères qui menaçaient les secrets de notre industrie de défense. Cette perception des risques a évolué en fonction de la nature du contexte conflictuel, de sa durée et de la typologie des ennemis comme des adversaires potentiels. Il est indéniable que les mesures prises contre l’Allemagne nazie marquèrent moins les esprits que la lutte contre l’espionnage industriel et le pillage technologique développé par l’URSS et les pays du pacte de Varsovie.

Lire la suite…

Edito : Le piège informationnel se referme sur la théorie du genre

31-01-2014 dans Culture et influence,Edito

theorie-du-genreL’affaire de la théorie du genre médiatisé par le retrait par des parents protestataires de leurs enfants de l’école, à la suite d’une campagne initiée par Farida Belgouhl, est un cas d’école en matière de guerre de l’information. De la fin 2012 à juin 2013, les animateurs de la Manif pour tous ont organisé plusieurs manifestations qui ont réuni à chaque fois des centaines de milliers de personnes sans réussir à faire reculer le gouvernement sur le mariage gay et encore moins à freiner le gouvernement sur sa volonté d’introduire un programme de sensibilisation sur la sexualité dans l’enseignement scolaire.

Lire la suite…

Edito : Les guerres de l’information de 2013

03-01-2014 dans Doctrines,Edito

2013L'année passée représente-t-elle un tournant dans les affrontements qui structurent la société de l'information depuis l'apparition d'Internet ? Plusieurs évènements semblent l'indiquer. Le plus important est l'affaire Snowden. Le pouvoir de contrôle absolu du monde immatériel par les Etats-Unis est désormais remis en cause par les retombées diplomatiques de cette révélation en cascade. Nul ne peut désormais attribuer à une quelconque thèse du complot le dispositif de captation de l'information, assumé par la gouvernance américaine depuis plusieurs décennies. Le camp des démocraties s'est divisé sur cette question fondamentale. En Europe, l'Allemagne se démarque des autres membres de l'Union Européenne en plaçant le curseur au bon niveau du débat. L'enjeu principal vu de Berlin n'est pas l'échange d'informations sur le terrorisme mais la maîtrise stratégique de l'ensemble des flux informationnels. Contrairement à la France qui a privilégié l'échange d'informations sur le terrorisme (cf. les accords secrets entre DGSE et NSA), l'Allemagne moins exposée sur ce terrain a amené Washington à prendre un profil bas dans la polémique générée par l'affaire Snowden. Les récentes déclarations d'Obama sur une éventuelle interdiction formulée à la NSA en matière d'espionnage économique ne clôturent pas le débat. Il rebondit aux Etats-Unis mêmes : un article est paru le 30 octobre 2013 sur le site de la revue Foreign Policy interpelle Obama en dénonçant cette manœuvre de communication qui ne règle en rien, selon l'auteur, le problème sur le fond. Cette revue détenue par le Washington Post revendique le statut d'être le premier quotidien en ligne traitant des questions de politique étrangère et de sécurité nationale. Sa résonance n'est donc pas anodine.

Lire la suite…

Edito : La stratégie informationnelle du Vatican face au Web 2.0

02-12-2013 dans Edito

Pope Francis  Pontifex  on Twitter« Merci pour votre amour et pour votre soutien. Puissiez-vous expérimenter toujours la joie de mettre le Christ au centre de votre vie ! ». C’est le 39ème et dernier tweet du Pape Benoit XVI, posté sur le réseau social Twitter le 28 février 2013, dernier jour de son pontificat, depuis le compte officiel du Vatican « @Pontifex ». Si le Pape Jean-Paul II avait inauguré le lancement du site vatican.va en 1995, c’est bel et bien Benoit XVI qui est le premier Pape à se lancer à la conquête des réseaux sociaux et à ouvrir de nouvelles perspectives de communication pour le Vatican à l’ère numérique.

Lire la suite…

Edito : Exportation du Rafale : chronique d’un échec annoncé ?

DASSAULT-RAFALE-MARINE"La France a raté ce rendez-vous (…) ce qui est invraisemblable pour une nation qui a un savoir-faire technologique, aéronautique, électronique considérable avec des entreprises majeures qui étaient en situation de pouvoir le faire". Ce constat désabusé dressé par le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, lors d’une émission radio-télévisée le 19 mai dernier se rapportait au dossier des drones : il aurait aussi bien pu s’appliquer à l’affaire du Rafale.
Bien que résolument en pointe dans nombre de domaines industriels, la France peine à exporter ses produits high-tech souvent par mépris des priorités de ses clients potentiels ou par manque d’une stratégie d’influence réactive, dans un milieu international hautement concurrentiel. Les aléas de l’exportation du Rafale pourraient s’avérer emblématiques de ce manque de savoir-faire « à la française ».

Lire la suite…

Edito : MEDEF – Un patronat à la recherche d’une vision

universite-ete-medefL’université d’été du Medef de fin août 2013 est sortie de la sempiternelle querelle entre le monde de l’entreprise et le gouvernement sur la question des taxes patronales. La table ronde Tous sur le pont a donné lieu à des échanges de propos intéressants entre des chefs d’entreprise et une ancienne ministre gaulliste Michèle Alliot-Marie qui représentait le monde politique. Après un risque d’enlisement du débat sur le thème « laissez-nous travailler tranquille et ne nous mêlez pas de nos affaires », la question essentielle a été abordé après une remarque de cadrage de Christian Harbulot, directeur de l’Ecole de Guerre Economique qui a rappelé que les économies les plus compétitives présentaient la caractéristique commune d’être pilotées par une entente tacite des élites économiques et politiques sur les enjeux de la politique industrielle. Les chefs d’entreprise présents à cette table rebondirent sur ce point essentiel en interpelant le politique sur la nécessité de donner une vision à la France en termes de développement et de compétition.

Lire la suite…

Edito : La formation en Intelligence Economique à la croisée des chemins

made-in-franceDepuis vingt ans, nous cherchons à créer un état d’esprit favorable à une prise en compte de  l’usage de l’information. Si j’osais une comparaison historique un peu décalée, nous sommes encore loin d’égaler le niveau de ferveur des soldats de l’armée de l’an II. Or c’est justement la volonté de réagir sans trop savoir comment et avec une minorité potentiellement agissante que l’armée de l’an II a pu se transformer en une force capable de rivaliser avec toute une partie de l’Europe de la fin du XVIIIe siècle. La France du XXIe siècle entame à peine cette mutation dans un contexte de guerre économique. Les pays qui sont très avancés dans un tel processus sont les nouveaux entrants à l’image de la Chine qui développe depuis  30 ans un modèle d’accroissement de puissance par l’économie, reprenant à son compte les fruits du modèle japonais et sud-coréen. Ces économies combattantes ne fonctionnent pas comme les acteurs économiques du monde occidental. Mais le résultat est là : la Chine est en train de devenir la partie la plus dynamique du monde.
Face à ce monde en mouvement, on ne ressent pas dans notre pays l’âme d’un peuple, ni le partage de valeurs communes pour un combat utile à l’intérêt général. La notion d’affrontement non militaire n’est prise réellement au sérieux que dans la gestion des parcours professionnels ou dans la vie privée. Par ailleurs, on voit apparaître un nouvel univers conflictuel, celui de la société d’information dont le cyberespace n’est qu’une toute petite partie par rapport à ce que cet univers représente.

Lire la suite…

Edito : Les leçons amères à tirer de l’affaire Prism

01-07-2013 dans Edito

prismLa divulgation du système d’espionnage américain par l’ex consultant de la NSA Edward Snowden ouvre une brèche beaucoup plus importante que l’affaire Wikileaks dans le système de croyance édifié par les Etats-Unis aux lendemains de la seconde guerre mondiale.  L’affaire Prism a fait voler en éclats les fondements mêmes du credo sur la démocratie. On pourrait la résumer en trois actes d’accusation : violation de secrets d’Etats étrangers, accès illimité aux informations économiques de pays concurrents, lecture potentielle des données personnelles des citoyens du monde sur les réseaux sociaux.

Lire la suite…

Edito : La France piégée par la question de la puissance

france-puissanceEn 2003, Christian Harbulot décrivait les raisons et les manifestations de l’absence de pensée sur la puissance, en France. L’idée de déclin français est liée à la conception que les Français ont de la puissance. La puissance et l’accroissement de puissance sont mal considérés dans le pays des droits de l’homme et de la liberté des peuples à disposer d’eux-mêmes. Depuis la Révolution, et le refus des élites d’assumer une politique de conquête, l’idée de puissance est marginale. La victoire stratégique remportée par les Etats-Unis, avec la disparition des empires coloniaux européens, n’a en rien modifié la conception française de la puissance.

Lire la suite…

Edito : Mouvement de masse et guerre de l’information

29-04-2013 dans Edito,Guerre de l'information

La_Manif_Pour_TousLe mouvement contre le mariage pour tous a réactualisé une problématique qui était considérée comme obsolète depuis la disparition progressive des vagues d’agitation gauchistes dont le point culminant fut les évènements de mai 1968. Plusieurs enseignements sont à tirer dès maintenant de cette nouvelle phase de relance de pratiques subversives, initiées cette fois-ci par des forces de la société civile majoritairement positionnées à droite de l’échiquier politique. 
Les évènements actuels sont dominés par deux modes d’action très imbriqués : la manifestation de rue et l’activisme des réseaux sociaux sur Internet. Il nous a semblé intéressant de rapprocher ces deux notions dans le décryptage des évènements liés au mouvement contre le mariage pour tous. Jusqu’à présent, la combinaison de ces deux modes d’action était très factuelle et ne débouchait pas sur une dynamique durable d’ampleur nationale, voire internationale. C’est la première fois dans la jeune Histoire de la société de l’information que l’expression publique dans la rue est articulée avec autant d’efficacité et d’efficience que l’usage offensif d’Internet par le biais des réseaux sociaux.

Lire la suite…

Edito : La place financière suisse au cœur de la guerre économique

02-04-2013 dans Edito

SWITZERLAND FINANCE CENTER GENEVASelon Sergio Ermotti, CEO de UBS (la plus grande banque du pays), la Suisse se trouverait actuellement pris au milieu d’une guerre économique malgré elle. Pour la première fois, lors d’une interview accordée en avril 2012, un top manager d’une banque suisse avait évoqué sans tabous les offensives contre la place financière suisse. Lors de cet entretien, Sergio Ermotti insiste sur les attaques contre le secret bancaire qui auraient commencé selon lui en 2008, et dont le but serait de fragiliser la place financière suisse au bénéfice des places concurrentes, principalement New York, Londres, Hong Kong et Tokyo.

Lire la suite…

Edito : La cyberguerre est (aussi) une guerre de l’information

04-03-2013 dans Edito

Virus alertRarement un terme n’aura été autant à la mode dans les milieux civils et militaires que celui de « cyber ». Objet de craintes et de fantasmes associés notamment aux psychoses nées des cyberattaques, le cyber se révèle aussi être, pour des raisons inhérentes à sa nature même, un merveilleux objet d’influence et donc de guerre informationnelle. Le dernier exemple en date nous vient des Etats-Unis qui, utilisant au mieux les peurs associés au cyberespace, transforment ce dernier en objet d’influence globale. Le rapport du National Intelligence Estimate de ce début février vient relancer le débat sur l’utilisation souveraine du cyberespace à des fins offensives dans les domaines militaires comme économiques. Ce rapport pointe ainsi les différentes cyberattaques dont sont victimes les Etats-Unis et, plus spécifiquement, quels seraient les pays derrière ces attaques. L’on apprend ainsi qu’outre la Chine, ennemi désigné dans tous les domaines,la Russie, Israël et la France seraient les principaux pays auteurs de cyberattaques contre l’Amérique.
Lire la suite…

Related Posts with Thumbnails